Logo Club de l'Epagneul Breton

Authentification

Connexion réservée aux membres du CEB à jour de cotisations.

English
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeAugmenter les contrastes en inversant les couleursLa mise en forme courante correspond à celle par défaut Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyez cette page à un ami. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Qu’est ce que la consanguinité et quelles sont ses conséquences ?

La consanguinité est l'accouplement au sein d'une « famille » commune, tel que père x fille, frère x sœur, grand-père x petite fille, oncle x nièce, etc.

Le plus fort taux de consanguinité est celui qu'on observe entre frère et sœur, puis entre parent et enfant, et ainsi de suite.

La reproduction entre sujets d'une même famille, mais séparés par plus d'une génération (oncle et nièce, par exemple) est souvent désigné par « en ligne » ou « apparentement » pour la distinguer de la consanguinité étroite.

Si la société humaine réprouve ce type d'union, c'est en réalité bien plus souvent pour des raisons économiques ou sociales que pour des raisons  de santé, et il faut bien être conscient que l' « élevage », c'est justement l'exploitation des bénéfices de la consanguinité.

A noter qu'on estime souvent que, du moment que quatre générations au moins séparent deux reproducteurs, l'effet de la consanguinité est négligeable, sinon nul. C'est pourquoi les pedigrees officiels ne comportent que trois échelons de parenté (parents, grand parents, arrière grand parents).

Le terme qui s'oppose à consanguinité est « panmixie », où les accouplements sont réalisés entre sujets n'ayant aucun ancêtre commun. Si on évite ainsi l'accumulation des défauts APPARENTS, ils peuvent néanmoins fort bien être transmis et « sommeiller » en attendant qu'un autre « mariage » les mette en évidence !

Certes, la consanguinité peut révéler des défauts, mais elle fait aussi ressortir les qualités, alors que la panmixie masque les uns comme les autres.

En réalité, la consanguinité a pour but de « fixer » autant que faire se peut, les qualités des reproducteurs, en cherchant à accroître le nombre de gènes homozygotes dans la descendance.

On comprendra aisément que ce n'est pas la consanguinité en elle-même qui pose des problèmes, mais un mauvais choix des accouplements, et une sélection insuffisante. Seuls des sujets ayant fait la preuve indiscutable de leurs qualités justifient de les utiliser en consanguinité.

Club de l'Epagneul Breton - Fondé en 1907 - Affilié à la Société Centrale Canine (SCC)
Association reconnue d'utilité publique
Siège social : 160 rue de la Garenne, 40600 Biscarrosse.

Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1162661. © CEB 2006-2012