Logo Club de l'Epagneul Breton

Authentification

Connexion réservée aux membres du CEB à jour de cotisations.

English
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeAugmenter les contrastes en inversant les couleursLa mise en forme courante correspond à celle par défaut Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyez cette page à un ami. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Choisir un épagneul breton mâle ou femelle ?

La première chose à prendre en considération est le fait de posséder déjà un autre chien ou  non, quelle que soit sa race.

Avoir à la fois mâle et femelle est une source d'ennuis garantis, sauf si on dispose de chenils ou cages bien clos, et sauf si on veut faire de la reproduction.

Au plan du caractère, une légende solidement implantée veut que les femelles soient plus « douces ». Or, ce critère ne dépend pas du sexe, mais de l'individu et bien des femelles sont plus rétives que des mâles « faciles » ! Et les mâles « calins » sont au moins aussi nombreux que les femelles « carnes » !

En revanche, il est évident et indiscutable que les femelles subissent des variations de cycle sexuel telles qu'elles ont en général une répercussion sur leur comportement qui est donc plus instable que celui des mâles.

Au plan de leur morphologie, les mâles étant généralement un peu plus « costauds » que les femelles, ils supporteront souvent plus aisément un effort prolongé ou répété.

Bien sûr, il n'est absolument pas conseillé de chasser avec une femelle en chaleurs, surtout en compagnie d'autres chiens, car une saillie inopinée ne prend que quelques secondes ! Or, les périodes de chaleurs se situent en général au printemps et à l'automne, donc pour l'une d'entre elles forcément en saison de chasse !!!

En outre, ces cycles vont presque toujours induire à plus ou moins long terme, des effets secondaires, tels que les grossesses nerveuses, et toutes les affections de l'appareil reproducteur, comme les vaginites, pyomètres et autres mammites, souvent dégénérant en tumeurs cancéreuses, et qui font la fortune des vétérinaires !

On cite beaucoup, parmi les inconvénients des mâles le fait qu'ils lèvent la patte pour uriner. C'est exact mais, lorsqu'il s'agit d'un marquage de terrain, celui-ci ne se fait évidemment pas au domicile du chien déjà bien assez marqué par sa présence permanente ! Et s'il s'agit de protéger le jardin, il ne faut pas oublier que les femelles ont tendance à toujours se soulager au même endroit, stérilisant ainsi complètement celui-ci ! ...Quant aux fauteuils, s'ils y ont accès, ce sont bien les écoulements vulvaires de la chienne en chaleurs qui les souilleront le plus !

Il reste le cas des fugues, et s'il est vrai que les mâles sont attirés par les effluves de chiennes en folie dans leur voisinage, il ne faut pas oublier que la proposition inverse est tout aussi vraie et que les chiennes vont volontiers divaguer à la recherche d'un mâle lorsqu'elles sont au bon moment...et là, si il n'y a pratiquement aucune conséquence pour les mâles, il faudra s'assurer par des examens médicaux (échographie 25 à 28 jours après l'escapade) qu'il n'y a pas eu un accouplement non désiré... et éventuellement provoquer un avortement !!!

En bref, si on ne souhaite pas faire de l'élevage, et si on ne possède pas déjà une chienne, il semble préférable d'opter pour un mâle, et ce d'autant plus qu'il est en général plus facile d'en trouver (en raison de cette légende tenace) et qu'ils sont souvent un peu moins chers !

Club de l'Epagneul Breton - Fondé en 1907 - Affilié à la Société Centrale Canine (SCC)
Association reconnue d'utilité publique
Siège social : 160 rue de la Garenne, 40600 Biscarrosse.

Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1162661. © CEB 2006-2012